Accueil » On a vu, on a lu

L’homme aux figures de cire

11 février 2010 Aucun commentaire

Radio Jacob Thierry Borel

Vous le savez bien, nous aimons beaucoup le Musée Gustave Moreau. D’abord parce que c’est un lieu unique, maison atelier dont l’agencement a été pensé et mise en place par l’artiste lui-même, ensuite parce que ce que nous sommes très fiers d’accompagner l’équipe du musée dans la privatisation de ces espaces notamment. Elle nous présente aujourd’hui une exposition étonnante qui est le prétexte parfait pour aller redécouvrir cet espace atypique et un artiste majeur.

Gustave Moreau, l’Homme aux figures de cire explore un aspect méconnu de l’œuvre de Gustave Moreau : son travail de sculpteur et l’imprégnation de la sculpture dans son œuvre de peintre.

Sculpture de peintre comme le fut celle de Degas et de Renoir, le sujet est passionnant. En effet, le musée conserve quinze sculptures en cire uniques, réalisées par Gustave Moreau lui-même, qui sont des chefs-d’œuvre absolus. Cette passion pour la sculpture remonte à sa jeunesse. Dès le voyage d’Italie, Moreau va, avec le sculpteur Henri Chapu, mesurer les proportions des sculptures antiques, se plaçant, ainsi qu’il le revendique lui-même, dans la lignée de Nicolas Poussin. De retour à Paris, il collectionne des moulages d’œuvres célèbres, du Laocoon au Torse du Belvédère, et des photographies de sculptures qui font partie de l’inépuisable richesse du fonds.
À son tour, Moreau va réaliser des sculptures en cire en liaison avec ses peintures afin de donner « mieux qu’en peinture la mesure de mes qualités et de ma science dans le rythme et l’arabesque des lignes. »

La « cerise » de cette belle exposition réside dans les radiographies des œuvres sculptées de Moreau où l’on découvre la structure intime de chacune d’entre elles et qui nous offrent de surprenantes envolées contemporaines.

Gustave Moreau, l’Homme aux figures de cire du 10 février au 17 mai 2010.

Musée Gustave Moreau, 14 rue de la Rochefoucauld, 75009 Paris.

Marie S.

Laissez votre message !

Rédigez votre message ci-dessous ou créez un rétrolien depuis votre propre site web. Vous pouvez aussi suivre les réponses via le flux RSS.