Accueil » On a vu, on a lu

Emile Gallé, « l’amant des frissonnantes libellules »

14 août 2009 Aucun commentaire

Allant contre la centralisation et la « parisianisation » des expositions, une fois n’est pas coutume, une belle manifestation en « province » présente un des plus grand artiste français !

vase aux éphèméresNé en 1846 à Nancy et mort en 1904 dans cette même ville, Emile Gallé est un verrier, ébéniste et céramiste français. Reconnu de son vivant (plusieurs fois médaille d’or aux expositions universelles), il a souffert de la disgrâce dans laquelle était tombé l’Art Nouveau au XXe siècle avant d’être « redécouvert » du grand public depuis un vingtaine d’année.

Et pourtant, on ne peut pas résumer Gallé à l’Art Nouveau et aux (trop) nombreuses imitations de ses pièces. Je profite donc de l’occasion pour rendre justice à Gallé. Artiste, il ne se contente pas d’une approche théorique de son art mais acquiert également les techniques de soufflage notamment. S’ajoute à cela une véritable passion pour la nature et de très bonnes connaissances du monde végétal, animal et minéral.Cruchelibellule

Si ces premières œuvres s’inspirent surtout du XVIIIe siècle, du gothique flamboyant et du rococo,  Gallé acquiert rapidement son propre style. Toujours inspiré par la nature, il mélange l’influence japonaise et le symbolisme à sa passion pour l’écriture.

Mais ce qui frappe chez Gallé, c’est la maîtrise de la technique. Le verre, matériau fragile, devient un support poétique, s’animant selon l’orientation de la lumière, parsemé d’inclusions de couleurs, parcouru de pétales et de feuilles, d’animaux et de poésie.

botanisteArtiste, il est aussi un humaniste convaincu et un grand scientifique : cofondateur de l’Université populaire de Nancy, trésorier de la Ligue française pour les droits de l’homme, il condamne publiquement le génocide arménien et malgré les risques, est un des premier à défendre publiquement Dreyfus. Ses travaux sur la génétique et l’évolution annoncent les grandes lignes des travaux de Mendel. Durant sa carrière, il invente la technique de la marqueterie de verre et celle de la patine sur verre, qui lui permettra d’exprimer pleinement son talent.

Son influence sur ses contemporains n’est plus à prouver : Majorelle, Daum, Prouvé. En 1901, il fondera l’Ecole de Nancy, un des principaux mouvements Art Nouveau français!

« Emile Gallé. Nature est symbolisme, influences du Japon »

Jusqu’au 30 août – Musée départemental Georges de la Tour – Vic sur Seille (57)

Renseignements au 03 87 78 05 30

Laure K.

Laissez votre message !

Rédigez votre message ci-dessous ou créez un rétrolien depuis votre propre site web. Vous pouvez aussi suivre les réponses via le flux RSS.